Tenter d’humaniser Philippe Couillard… À vos risques

24 juillet 2018, par Camille Champigny


Avis mitigés lors d'une apparition au ZooFest

La comédienne et humoriste, Marie-Lyne Joncas, a joué le rôle d’animatrice d’un soir en interviewant le premier ministre Philippe Couillard au ZooFest la semaine dernière.

Le mardi 10 juillet dernier, l’humoriste Marie-Lyne Joncas a eu l’opportunité (ou l’inopportunité) d’accueillir le premier ministre du Québec, en entrevue, en direct du ZooFest de Montréal. Contrairement à ce que les gens croient, la politique n’avait rien avoir dans cette entrevue. En cette soirée de comédie, Philippe Couillard a troqué sa cravate pour revêtir ses rôles de père, d’ami et de pêcheur aguerri… mais à quel prix ?

Plusieurs ont trouvé curieuse cette soudaine apparition complètement friendly du premier ministre en période préélectorale. Était-ce un simple un jeu afin de s’attirer de la sympathie ? « Philou », comme se plaisait à le nommer l’humoriste, ne faisait-il que répondre à une invitation du ZooFest ? Ce spectacle a été vu comme un geste hautement politique par de nombreux Québécois.

Capital de sympathie avant tout

Marie-Lyne Joncas a confié en entrevue post-Zoofest (à propos de Couillard) : « Il s’est autant servi de moi que je me suis servi de lui ». En effet, la présence du politicien le plus médiatisé du Québec aide à la visibilité de Joncas. Toutefois, l’humanisation derrière le personnage qu’est Couillard servait également très bien le premier ministre. La comédienne a également déclaré que la politique était un sujet complètement hors limite qu’elle ne pouvait aborder. Cependant, elle a avoué que la politique était aussi un sujet qui la dépassait : « De toute manière [si j’avais fait une entrevue politique] j’aurais été vraiment “malaisante”, parce que je ne connais vraiment pas grand-chose à la politique ». Marie-Lyne Joncas avoue que le premier ministre n’aurait probablement pas accepté l’invitation s’il avait été sujet de politique. C’est le côté « léger » de l’entrevue qui intéressait Couillard.

Sujet de représailles

Alors que certains blâment Philippe Couillard pour sa conduite « stratégique », beaucoup de gens se sont attaqués plus spécifiquement à Marie-Lyne Joncas. Habituée de choquer par son contenu grivois, l’humoriste ne croyait toutefois pas se faire blâmer de la sorte. Lors d’une entrevue radio sur les ondes de Radio-Canada, elle a avoué ne jamais avoir été aussi choquée par les commentaires reçus qu’en ce moment. « Sur internet, je me fais écrire et dire des choses très méchantes sur moi qui n’ont juste pas lieu d’être. Je n’ai jamais été aussi insulté. La politique, ça rend les gens complètement fous. Moi, je l’ai sincèrement fait pour le défi ».

Non seulement elle se fait attaquer pour avoir accordé une entrevue à Philippe Couillard, mais plusieurs internautes la critique également sur ses piètres compétences en politique. « Pour moi, René Lévesque est un boulevard », avait blagué l’humoriste. Une remarque qui en a fait parler plus d’un…

Pour écouter les confessions de Marie-Lyne Joncas sur son entrevue : JUSTE ICI